Voici les chroniques de cds que vous nous avez envoyé et que l'on a aimé.
Si jamais vous souhaitez apparaître dans cette rubrique, direction la page contact...
 
Date : septembre 2005 Watcha : Phénix
- Lâche
- Je t’emmène
- La guerre des nerfs
- Un jour
- Y’a plus de messages
- Planète
- L’amour n’évite pas la mort
- Plus fort
- Une nuit
- Dans tous mes états
- Sauve moi
- Dimebag
- Sam 4 (prologue)
- Sam 4
- Wolf le guerrier
- I was made for loving you

Votre avis nous intérésse.
(7 actuellement)

Depuis quelques temps déjà le constat est net. La scène néo-métal française connaît une évolution importante, voire une révolution. Les majors se sont depuis immiscés dans la partie avec tous les changements que cela comporte. Les leaders de cette scène qu’on a appelé néo-métal se sont retrouvés impliqués dans de nouveaux projets, plus commerciaux, plus accessibles, avec plus ou moins de réussite.
Watcha étant un membre incontestable de ces groupes leaders depuis bien longtemps, la curiosité à l’approche de Phénix était donc grande. D’autant plus qu’il s’agit d’une période charnière pour le groupe après Mutant, un troisième album décevant.
Or il faut bien l’avouer, après la découverte du clip « Un jour », les craintes étaient réelles. Craintes atténuées par le deuxième extrait « Planète » et finalement estompées définitivement après l’écoute complète de l’album.


En effet, Watcha avec Phénix se sort avec brio du piège de l’effondrement artistique qu’une signature sur major peut provoquer. Sans se métamorphoser fondamentalement mais au contraire en évoluant judicieusement, Watcha conserve son identité et explore de nouveaux horizons sans s’égarer. Le groupe ne se perd pas dans des obstinations mélodiques bâclées et insignifiantes mais sait se faire plus modulé aux moments opportuns, tout en gardant une approche très dynamique. Seuls les titres « Un jour » et le très réussi « L’amour n’évite pas la mort » sont véritablement à mettre dans le registre des titres purement mélodiques. Watcha fait du Watcha et le fait bien.
Butcho confirme ses progrès au chant. L’originalité de son timbre de voix met à profit hurlements musclés et refrains chantés. Puissance, groove et apaisement sont joliment associés avec diversité et équilibre, on ne s’ennuie pas.
Par ailleurs le groupe sait se faire plus expérimental notamment sur les titres « Je t’emmène » avec solos de guitare inédits, sur « Plus fort » et ses breaks rap/funk/acid jazz ou encore sur la quatrième version de « Sam » frisant par endroits le death metal ! De plus la bonne humeur ne s’efface pas avec les années, bien au contraire. Vous le comprendrez aisément avec les deux derniers morceaux « Wolf le guerrier » et la reprise disco de « I was made for loving you » de Kiss ! Et vous noterez également la présence du titre « Dimebag ». Pas besoin d’en dire davantage.


Au final, un album qui rassure et qui surprend même par sa maîtrise. Phénix ressemble de près à du neuf, à du vrai et à du très bon Watcha et c’est bien ce que l’on attendait d’eux ! Les cendres du Phénix sont balayées, Watcha est bien vivant !


JB
voir leur page
 
 
© - E-zic.com v3 : 2000-2018 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH