Voici les chroniques de cds que vous nous avez envoyé et que l'on a aimé.
Si jamais vous souhaitez apparaître dans cette rubrique, direction la page contact...
 
Date : Biocide : Biocide
- Le marché
- Brainless
- Eden’s Garden (avec le batteur de ETHS)
- La Masse (avec le batteur de ETHS)
- Utopia Man
- Gaing Baing

Votre avis nous intérésse.
(0 actuellement)

Les marseillais de Biocide, membres du collectif Coriace (Tripod, ETHS…), nous gratifient là d’une enthousiasmante auto-production. On pourrait qualifier la musique de Biocide de Hard-Core jazzy à tendance psychédélique. Hum…Je m’explique : Hard-Core, tout d’abord, car l’agressivité est bel et bien au rendez-vous, que ce soit dans la voix, tantôt rageuse, tantôt mélodique, souvent rappée ou dans certains riffs bien massifs. Jazzy et psychédélique…là, je vous sens dubitatifs, et pourtant. A l’instar de groupes tels que God is My Co-Pilot ou les Melvins, le groupe n’hésite pas à partir dans des directions très inattendues, que ce soit dans la structure même des morceaux ou dans leurs sonorités (dissonance et contre-temps sont au rendez-vous), rapprochant parfois l’ensemble, notamment l’instrumental Gaing Baing, d’antiques formations telles que les fromages branchés de chez Gong (qui reviennent, d’ailleurs). Le résultat pourra déstabiliser ou même gêner certains esprits chagrins, mais, avant tout, intrigue et ne laisse pas indifférent. Saluons au passage une production de qualité et des textes intelligents pour un disque qui donne envie d’en entendre plus. L’originalité viendrait-elle du Sud ?

M.H
voir leur page
 
 
Date : Nihil : 1:00 AM
- Deus Pendulum
- Terminal State
- P.O.P
- Nocturne
- Porn Game
- Palpable I Am
- (In)Sanity
- Hypnosis
- A Last Vision Of The Ultimate Cunt
- Trauma

Votre avis nous intérésse.
(2 actuellement)

Tool. Combien de fois avez-vous lu le nom de Tool en lisant les chroniques faîtes sur 1:00 AM ? Comme cela semble être la coutume, je les citerais, mais seulement deux fois, ci-dessus, et c'est tout. Car, à l'instar du Gun Club pour Noir Désir, il est des influences qui, après vous avoir propulsé, finissent par vous ralentir et Nihil n' en a pas besoin et surtout ne le mérite pas.
1:00 AM est l'oeuvre des ses auteurs et ne constitue en rien une quelconque imitation. A vrai dire, il s'agit de l'un des albums français majeurs de cette toute fin de siècle, à classer avec Fantaisies Militaires de Bashung et Tostaky de la bande à Cantat.
Au delà de la simple étiquette metal, Nihil est parvenu à se hisser dans l'univers du rock au sens large (et non au sens commercial), bien sûr à l' aide d'échasses, que celles-ci se nomment Jeff Buckley, Treponem Pal, Neurosis, Pearl Jam, Young Gods ou Faith No More (plus un autre groupe), mais surtout et avant tout grâce à une volonté d'acier, un acharnement et un travail prodigieux qui pousse le groupe à s'investir autant dans la musique elle-même que dans la scénographie ou les visuels qui l' accompagnent. Bref des gens passionnés qui nous livrent ici un album qui l'est forcément.
Entre angoisse, dépression, mélancolie, rage et frustration, 1:00 AM nous entraîne sur la carte de l'âme humaine d'état en état.
Viscérale et glaciale, la musique de Nihil l'est, comme sur le très angoissant Terminal State où seule la voix apporte un peu d'espoir ou encore sur l'halluciné Trauma, véritable valse malsaine.
Le puissance est, elle aussi, présente sur Porn Game, bombe à l' agressivité sous-entendue et sous-tendue ù la voix, tantôt saturée, tantôt aérienne, se livre un duel schizophrène, sur A Last Vision Of The Ultimate Cunt, morceau quasi-industriel ou sur P.O.P qui, après le calme et la paix d'un chant arabe, nous entraîne, peu à peu, vers une divagation quasi-éthylique où la voix se dédouble encore, entre cris et chant sous prozac. Et le monstrueux Hypnosys (rarement morceau aura autant mérité son titre), tube en puissance, imparable, fédérateur car incantatoire !
Enfin, Nihil sait se faire intimiste et touchant comme sur Deus Pendulum, vague de sentiments confus et mêlés, ou encore Nocturne, perle d'émotion, magnifique duo piano/voix.
Au final, un excellent album servi par d' excellent musiciens et un chanteur prodigieux, bref, un groupe au dessus de tout reproche.


M.H
voir leur page
 
 
Date : La Bestia : Démo
- Dia de La Bestia
- Gueule !!!
- La Pensée Uniforme

Votre avis nous intérésse.
(5 actuellement)

Fonky.Groovy.Mélodieux.Puissant.Méchant. Voici La Bestia, mi-ange, mi-démon. La dualité est au cœur de cette formation qui associe au sein des mêmes compos des passages très dynamiques et aériens à d'autres lourds comme un Lofo lesté au plomb. L'ensemble est plutôt réussi et évoque le ressac d'une marée où on se prend à suivre des yeux l'évolution des mouettes et des crabes en attendant sagement de se prendre une grosse vague de metal dans la gueule. Un schéma un peu répétitif mais, somme toute, très efficace. Parmi les points forts du groupe, un chant polyvalent entre rap, néo, très Grosse Voix et mélodie, des musiciens carrés comme des cubes, des influences variées et bien integrées et un coté Jump indéniable. Bref, c'est très bon, mais on se demande si on tiendrait tout un album à écouter ce qui ressemble parfois à une partouze entre Kool Shen, Lofofora, Backstab, Enhancer et les Red Hot… (excellent ou indigeste, on verra sur la longueur). Quoi qu'il en soit, cette démo de La Bestia vaut largement la peine d'être téléchargée.

M.H
Le groupe n'a pas encore de page dans ce site
 
 
Date : Backstab : Backstab
- El Tiempo
- Démons
- 100 Soleils
- Bruises
- L' Oeil du Clone
- Opaque
- Sabbath
- This is what we get



Votre avis nous intérésse.
(2 actuellement)

Ah ! qu'il est loin le temps où Backstab pratiquait un hardcore rugueux et bien peu original. Les leçons apprises auprès du grand frère Madjik ont visiblement porté leurs fruits. " Ouverture " est désormais le mot d'ordre au sein de la formation : scratch, samples, sons électroniques, chant tour à tour mélodieux, arabisant, rappé ou toasté, sont venus contrebalancer l'agressivité présente depuis toujours et apportent une dimension " dansante " au morceaux. A l'instar d'un Senser, Backstab nous balance ci et là quelques salves survitaminées (Démons, This is what we get…), pour mieux nous replonger ensuite au cœur d'un univers écrasé de chaleur, imprégné des parfums de l'Orient (100 Soleils). Backstab, c'est un peu Lofofora qui fait un enfant à Heroes del Silencio, l'Orchestre National de Barbès qui entre en noces avec No one is Innocent (tiens..!?), le tout soutenu par un chanteur écléctique et talentueux. Ecoutez-moi, peuple de France ! Bientôt, Paris deviendra Carthage et, dans les flammes, nous danserons, mêlés en une marée humaine, sous les effluves d'opium, au son du tubesque Oeil du Clone… En tout cas, avec cet excellent mini-album, Backstab ne nous prend vraiment pas en traître, bravo !

M.H
voir leur page
 
 
Date : Embodiment : Samsara
- Intro
- Sick Of Myself
- L' Etau
- Another Day
- Samsara



Votre avis nous intérésse.
(0 actuellement)

Les membres d'Embodiment sont d'excellents musiciens, cela ne fait aucun doute. Leur CD, condensé d'angoisse sonore, ouvre grand les portes d'un monde empreint de rage et de frustration. C'est que le groupe, à l'instar d'un Nihil en son temps, caresse visiblement l'ambition de se hisser au niveau de Tool ou encore de Neurosis. Tâche ardue s'il en est, dont ils s'acquittent avec les honneurs. A l'écoute de ce disque, on ne peut s'empêcher de saluer la qualité de la production, l' ambiance glaciale est parfaitement mise en avant. Seul bémol: une voix qui ne parvient pas toujours à convaincre, surtout dans les moments les plus intenses des compos, d'autant plus dommage que ce problème ne se pose pas en live, où le chanteur explose tout… Excellent CD de toute manière.

M.H
Le groupe n'a pas encore de page dans ce site
 
 
<< 1 2 3 4 5 ... 71 72 73 74 75 76 >>
 
© - E-zic.com v3 : 2000-2017 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH